header image

So, in summary, we took over 3,500 photographs, collected 34 biopsies, identified 29 individuals and added 22 flukes to the French Polynesia humpback whale catalog.

As this project comes to a close, we would like to recognize and express our sincere gratitude to the folks that made our work here run as smoothly as possible. The support of the gracious Guesthouse hosts and the expertise of our local captains at each island have been essential to our project.

Emmy and family

Emmy and family

 

In Raivavae—guesthouse hosts Emmy (Eléonore), Dennis and Teva White of Raivavae Tama Resort and boat captains Edmond Flores and Henri.

 

 

 

 

 

Captain Edmond Flores

Captain Edmond Flores

Our host, Wilson, (second from right) and captain Michel (fourth from right)

Our host, Wilson, (second from right) and captain Michel (fourth from right)

 

 

 

 

 

 

 

 

In Tubuai—host Wilson Doom of Vaitenui WIPA Resort and boat captain Michel.

 

 

 

 

 

Justine and Axel

Our hosts, Justine and Axel

 

 

In Rurutu—Yves Lefevre and hosts Axel and Justine of the Rurutu Lodge and the Raie Manta Club, and boat captain Adrian Manuel.

 

 

 

 

 

Captain Adrian Manuel

Captain Adrian Manuel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aline and her son

Aline and her son

 

In Rimatara—guesthouse hosts Kenji and his mum Aline Kato of La Perruche Rouge and boat captain Nati Hatitio.

 

 

 

 

 

Captain Nate Hatito

Captain Nati Hatito

 

 

 

 

 

 

John McClung, our tireless humpback whale fluke matcher

John McClung, our tireless humpback whale fluke matcher

 

 

 

 

 

 

And last, but certainly not least, a huge thank you to John McClung, a Masters student at Oregon State University. To check for any re-sightings among years and islands, John compared the 22 flukes we identified here in the Austral Islands to our entire French Polynesia catalog of over 600 individuals!

Mauru’uru roa ia outou!

Alors que ce projet se termine, nous voudrions remercier sincèrement toutes les personnes qui ont facilité ce projet d’une façon ou d’une autre. Les efforts concédés pour les formidables pensions de familles ainsi que l’expérience de nos capitaines sur chaque île ont été essentiel à ce projet.

A Raivavae – la pension de famille Raivavae Tama Resort tenu par Eléonore, Téva et Dennis White ainsi que les capitaine Edmond Flores et Henri.

A Tubuai — notre hôte Wilson Doom de la pension Vaitenui WIPA et notre capitaine Michel. 

A Rurutu — Yves Lefèvre ainsi qu’Axel et Justine du Rurutu Lodge et du Raie Manta Club, ainsi que notre toujours souriant capitaine Adrian Manuel.

A Rimatara — la pension “La Perruche Rouge” tenue par Aline Kato et son fils Kenji, et notre capitaine Nati Hatitio.

Et pour terminer, un grand merci à John McClung, étudiant en Master à l’Université Oregon State, qui a effectué au jour le jour et depuis les Etats Unis, la comparaison des nouvelles baleines identifiées (22 nouvelles caudales au final) avec le catalogue de Polynésie qui comprend plus de 600 individus. 

Mauru’uru roa ia outou!

under: Uncategorized
Lorikeet

Lorikeet

“And then there were none.” This phrase sums up the ending of our time here at Rimatara. On the 16th of September, our first day of surveys here, we encountered 6 whales. Since then we have encountered only those same whales, but fewer of them each day—five whales on the 17th, and three whales on the 18th. On the 19th we only encountered one of these original six whales, and on our last survey, the 21st, we found no whales at all. It would be very interesting to continue observations over another week (or another month!) to see if similar patterns emerge.

 

The barge carrying goods from the freighter to the dock

The barge carrying goods from the freighter to the dock

What else has happened at Rimatara? One morning as we were leaving the dock, the large inter-island freighter, Tuhaa Pae, was offloading freight. This freighter is considered the “Lifeline of the Austral Islands” because it delivers many life essentials, including fuel and imported foods and drinks.  Unlike larger islands that have a crane for large-scale deliveries, Rimatara has improvised quite nicely, using four chains attached to a backhoe to offload the large containers onto the dock (see photo).

 

Lastly, Rimatara is home to an indigenous species of lorikeet (Vini kuhlii; “Ura” see photo), and to another endemic bird (Acrocephalus rimatarae) . This is the only island in French Polynesia where this beautiful lorikeet is found, and is the only place in the entire world where the other bird lives. Although the two species are considered endangered, conservation efforts to keep the black rat (and other would be invasive predators) off the island have been successful, and the species are still prosperous here. If you wait long enough on the side of the road and look up into the trees you have a good chance of being rewarded with a sighting. Just another reason Rimatara is such a special place. We hope the next time we visit (for another field season or for a vacation) this will still be the case.

 

So, in summary, we took over 3,500 photographs, collected 34 skin samples, identified 29 individuals and added 22 flukes to the French Polynesia humpback whale catalog.

 

“Et elles s’en furent allé…”. Voilà comment nous pouvons résumer nos derniers jours de mission à Rimatara. Lors de notre première journée sur cette île, le 16 septembre, nous avons rencontré 6 baleines. Depuis, ce sont toujours les mêmes que nous avons revu mais de moins en moins chaque jour — cinq baleines le 17, puis 3 le 18. Le 19 septembre, il semble qu’il ne restait qu’une seule des 6 baleines du début, et enfin le 21, pour notre dernier jour, nous n’avons pas pu trouver un seul animal bien que nous ayons fait deux fois le tour de l’île. Il serait intéressant de continuer nos observations une semaine, voir un mois de plus pour voir si d’autres baleines arrivent, seul ou en groupe, et pour voir combien de temps elles restent autour de l’île avant de répartir comme nous avons l’observer ces derniers jours.

 

Offloading the barge

Offloading the barge

Une matinée nous avons également assisté au déchargement des marchandises apportées par la goélette, le Tuhaa Pae, qui est considérée ici comme une véritable ligne de vie entre les Iles Australes et la ville (Papeete). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le déchargement à Rimatara est acrobatique (cf. photo). En effet comme il n’y a pas de dock assez grand pour la goélette et pas vraiment d’endroit abrité de la houle, c’est via des barges que le containeurs sont débarqués, dans des conditions pour le moins pèrieuses.

 

Enfin, on ne peut pas venir à Rimatara sans mentionner sa fameuse perruche, le Lori de Kulh (Vini kuhlii) ou « Ura » (cf. photo). C’est la seul île de Polynésie Française où cette perruche est présente. On la trouve également sur une île des Cook, à quelque centaines de km au Nord Ouest, grâce à une réintroduction effectuée en utilisant des couples de Rimatara il y a quelques années. Un autre oiseau de Rimatara, moins connu mais tout aussi important, mérite d’être mentionné, il s’agit de la rousserole de Rimatara « Oromao » (Acrocephalus rimatarae) qui est endémique de l’île (c’est-à-dire qu’on ne la trouve nul par ailleurs). Si ces espèces rares et fragiles persistent à Rimatara c’est parce que le rat noir, prédateur de nids redoutable, n’a pas été introduit sur cette île. Avec un peu de patience, ces deux espèces d’oiseaux peuvent facilement être observées dans les arbres qui bordent la route de ceinture. Voilà une raison supplémentaire de venir en visite sur Rimatara, une île vraiment magnifique par la pureté de ses eaux, ses plages, sa végétation et bien sûr ses habitants. Mais après 1 mois dans cet archipel, c’est un compliment qui s’applique à l’ensemble des îles Australes.

 

Et donc en résumé, au cours de cette mission, nous avons pris plus de 3500 photos, collecté 34 échantillons de peau, identifié 29 différentes baleines à bosse et ajouté 22 nouvelles caudales au catalogue de Polynésie Française.

under: Uncategorized

When we came out of the pass on our first day at Rimatara, it wasn’t long before we found a pod of two adult whales, and shortly afterward a pod of three. This second group was a mother/calf pair with an escort. Our last encounter of the day was with a single whale. Needless to say, a good first day!

 

Calf breach at Rimatara

Calf breach at Rimatara

On the 17th, our second day here, we again encountered the mother/calf pair. They were alone and very active at the surface, with many breaches by both whales, and many tail slaps by the mother. These tail slaps allowed us to photograph the mother’s flukes.  Generally mothers with calves rarely show their flukes because they are not diving deep, so there is little need for a “tail out dive”, or the turning of the underside of the tail out as they go down for a deep dive. Our next encounter was with a group of three adults, all of which we had seen the day before, but in separate encounters. In this trio was one individual from the first group of two whales; the escort that had been with the mother/calf pair; and the single whale from our last encounter.

 

This morning, the 18th, the same mother and calf were once again accompanied by the escort, but when we encountered the pair an hour later they were alone.  These are three individuals we have encountered every day since our arrival. Although we saw six whales our first day here, we have not encountered any new individuals since then. We will be very interested to see if this trend continues throughout the rest of the week, or if new individuals will arrive. So after three days at Rimatara, we have collected four fluke IDs as well as biopsies of all but one of the six individuals we have encountered. Surprisingly, to date we have heard no song despite having circumnavigated the island each day and deploying the hydrophone in many different locations.

 

Mom and calf underwater

Mom and calf underwater

Pour cette première journée à Rimatara, nous n’avons pas mis longtemps à localiser des baleines. Nous avons d’abord trouvé un groupe de deux adultes, puis un groupe reproducteur comprenant une maman et son petit ainsi qu’une escorte. En fin de journée, nous avons également rencontré une sixième baleine qui se déplaçait seul. Plusieurs biopsies et photos de queue ont pu être collectées. Se fut donc une très bonne première journée.

 

Au cours de notre 2ème journée (17 septembre), nous sommes d’abord retombés sur la maman-petit vu la veille. Cette fois ils étaient seuls et très actifs en surface, les deux baleines sautant à plusieurs reprises, et la mère tapant sa queue. Ceci nous a permis de prendre de bons clichés. La queue des mères est généralement difficile à photographier car elles ne plongent pas profondément du fait de la présence de leur petit et n’arque donc pas beaucoup leur dos au moment de sonder. Après ce bon début, nous avons retrouvé 3 baleines adultes vues la veille et réunies dans un même groupe. Nous avons ainsi pu compléter notre collecte de données entamée hier, obtenant notamment une biopsie sur un des individus qui nous manquait.

 

Fluke of a whale at Rimatara

Fluke of a whale at Rimatara

Ce matin (18 septembre) nous avons une fois de plus trouvé la maman et son petit, accompagnés de la même escorte que 2 jours auparavant. Mais une heure plus tard, ces baleines n’étaient plus ensemble. Ces 3 individus ont donc été vus au cours de nos 3 premiers jours à Rimatara. Nous n’avons pas observé de nouvelle baleine depuis les 6 rencontrées à notre arrivée. Il sera intéressant de voir si cette tendance persiste ou pas d’ici la fin de notre visite. Jusqu’à présent aucun mâle chanteur n’a été entendu bien que nous ayons fait le tour de l’île plusieurs fois et que nous ayons déployé l’hydrophone à de multiples reprises. 

under: Uncategorized

The sea conditions and rain have made our work challenging these last few days on Rurutu. However, we were still able to identify and biopsy individuals. We also had several encounters with whales we had seen previously (including “Chopper” who we have encountered almost every day since 10September).

 

Raie Manta Club group preparing to go into the water with whales

Raie Manta Club group preparing to go into the water with whales

One of our primary objectives in collecting these data is to address the question, are these whales utilizing more of French Polynesia than just the Austral Islands? To begin, we have been checking the entire French Polynesia humpback whale fluke catalog (started by Michael Poole in 1992) with every whale fluke we identify here in the Australs. None of the whales we have encountered so far have matched any of the over 600 previously known individuals. This is very interesting, but not surprising, considering our samples sizes here are quite small, and there are so many islands to which the whales can go. Unlike the Hawaiian Island chain, where whales are only present in the few islands of one archipelago, humpback whales in French Polynesia are spread out through three different archipelagos—the Society Islands, the Austral Islands and the Tuamotu/Gambier Islands, and little or no research has been conducted at many of these islands.

 

Here on Rurutu there is a whalewatch company run by the Raie Manta Club. They take tourists out everyday, morning and afternoon, to observe, and in many cases, get in the water, to photograph whales.  Axel, who runs the trips, has graciously agreed to share with us the fluke photographs he collects on these tours, and we will compare these additional whales with our French Polynesia catalog.

 

La météo n’a pas vraiment facilité notre travail ces derniers jours à Rurutu. Nous avons néanmoins réussi à identifier et biopser certains individus au cours de cette période. Nous avons également revu des baleines déjà observées les jours précédents.

 

En collectant ces données, un de nos principaux objectifs est de déterminer le niveau de connectivité entre les baleines des Australes et les baleines observées dans d’autres archipels de la Polynésie Française. Pour cela, nous commençons par comparer les photos de queues prisent dans les Australes avec des toutes les photos du catalogue collectées depuis 1992 par Michael Poole (plus de 600 baleines répertoriées). Pour l’instant, aucune de celles que nous avons identifié au cours de cette expédition n’était déjà dans le catalogue. Cependant ce n’est pas forcement surprenant quand on sait que les baleines à bosse de Polynésie sont éparpillées sur 3 archipels —les Iles de la Societé, des Australes et des Tuamotu/Gambier— et que la plupart des îles n’ont fait l’objet d’aucune recherche spécifique.

 

A curious whale we encountered at the end of the day, just outside the pass

A curious whale we encountered at the end of the day, just outside the pass

Ici à Rurutu, il existe une activité touristique d’observation des baleines qui a été créé par le Raie Manta Club dans les années 90. Chaque jour, un guide emmène les touristes, matin et après midi, à la rencontre des géants. La particularité de cette activité sur l’île est que très souvent les touristes ont l’opportunité de se mettre à l’eau avec les animaux, bénéficiant des conditions exceptionnelles de visibilité qu’offre les eaux cristallines des Australes. Axel, qui s’occupe de ces sorties pour le Raie Manta Club, a très généreusement accepté de partager avec nous les photos de queue qu’il a pu prendre au cours de ces tours. Nous pourrons ainsi les comparer au catalogue des baleines à bosse de Polynésie.

under: Uncategorized

Posted by: | September 15, 2013 | No Comment |

Our first encounter of the day on the 11th of September was a singer. Once we were able to locate the singer we heard the new theme we first heard in Raivavae, theme 2 or what we call the “Screaming Banshees” due to the screeching, high-pitched sounds.   (We can generally locate singers most efficiently by deploying the hydrophone at a few locations to pinpoint the strongest song, then listening for the song to become weak during the recording, signaling us the singer will be going up for air and we may possibly spot a “blow” as he surfaces.  This mechanism aids us twofold. First, we are close to the whale so can record the best possible song. Second, if we are in close proximity to the whale when it surfaces we can collect data on this individual more easily).

The secondary escort we named "Chopper" due to his "chopped" dorsal fin. Here a photo showing the curve of his fluke

The secondary escort we named “Chopper” due to his “chopped” dorsal fin. Here, a photo showing the curve of his fluke

 

Our next encounter was with the secondary escort (not the aggressive one), we had seen on 10 September with the mother and calf. He was now with another whale. We were able to collect photographs to confirm it was the escort, and a biopsy and photographs for ID on the second whale.

Also on the 11th, the day after our encounter with the female/calf pair and two escorts, the whale-watching operator Raie Manta Club (RMC) observed the same female/calf pair with the same primary escort and a second escort.  The male continued his aggressive behavior against the calf, at one point even hurling it out of the water into the air.  In addition, the calf was heard producing sounds underwater during the encounter.  Could these sounds have been distress calls?  During the previous day’s encounter that we observed, the calf’s mother repeatedly attempted to place herself between the escort and calf, but was not very successful.  However, in all of photos taken at the surface and underwater, there were no visible wounds anywhere on the calf.  In the days ahead we will keep our eyes open for this female/calf pair and the aggressive escort.

Michael near the cave entrance.

Michael near the cave entrance.

On 12 September the poor weather conditions kept us from going out on the boat. However, we did observe and photographically identify one whale from a shore survey we conducted on the beach in front of Rurutu Lodge where we are staying.

Today (13 September) we re-found the same primary escort, this time on the west coast, and he was alone and singing. We also encountered the secondary escort, alone and singing, further to the north. Our other encounter of the day was a small whale we hadn’t seen before, so we were able to collect photo ID and a biopsy from this individual.

 

"Chopper", showing the "chopped" dorsal fin and the proximity to shore many whales in Rurutu are

The proximity to shore of many whales in Rurutu

Notre première rencontre de la journée du 11 septembre fut un chanteur. Son chant contenait notamment un des 2 thèmes précédemment entendus à Raivavae. Et autant le chant des baleines est généralement doux et mélodieux, autant ce thème est très bizarre avec des sons aigües de grincement de porte. Nous arrivons généralement bien à localiser les baleines chanteuses en déployant l’hydrophone à plusieurs endroits et en se rapprochant de la zone où le chant est plus fort. Lorsque le chant devient soudainement plus faible ou s’arrête, c’est signe que la baleine va venir reprendre sa respiration en surface et c’est alors que nous guettons les alentours à la recherche d’un souffle. De cette façon nous obtenons un meilleur enregistrement du chant puis nous avons ensuite l’opportunité de collecter des photos et échantillons. 

Notre deuxième rencontre fut avec l’escorte secondaire (ou challenger) observée dans le groupe reproducteur du 10 septembre.  Une 2ème baleine était également présente avec lui. Nous avons pu faire une bonne collecte de données sur ces 2 individus.

Au cours de cette journée du 11, le bateau du Raie Manta Club, qui fait des sorties de whale-watching autour de l’île, a revu la maman et son petit que nous avons vu se faire agresser par une escorte le jour d’avant. Cette même escorte était toujours avec eux, continuant ses agressions sur le petit. A un moment elle aurait même projeté le petit dans les aires. Le petit a également été entendu par les plongeurs en train de produire des sons. On en ignore la raison. Est-ce possible que cela soit des appels au secours ? De son côté la mère tentait de tout évidence de s’interposer entre l’escorte et son petit mais sans grand succès. Néanmoins, après toutes ces agressions, aucune des photos prises du petit ne montre de blessures apparentes. Nous en apprendrons peut être plus en revoyant ces baleines dans les jours qui viennent.

Inside of the cave

Inside of the cave

Le 12 septembre, les conditions météo étaient tellement mauvaises que nous avons décidé de ne pas sortir en mer. Cependant, nous avons observé un groupe de baleines depuis la plage en face du Rurutu Logde. Il nous a même été possible d’identifier une d’entre elles grâce à une photo lointaine de sa queue.

Aujourd’hui (13 septembre) nous avons revu l’escorte principale du groupe reproducteur observé il y a quelques jours. Cette fois il était seul et en train de chanter. Nous avons également revu le challenger de ce même groupe, également seul et en train de chanter ! Enfin notre dernière rencontre fut avec une petite baleine que nous ne connaissions pas encore. Nous avons pu la photo-identifier et la biopser. 

under: Uncategorized
humpback underwater

humpback underwater

 

Yesterday was our first day working at Rurutu. We were pleasantly surprised to see a familiar face (or fluke, as the case may be) from Tubuai.  One of the whales we had encountered four different times at Tubuai was here at Rurutu yesterday.  The last time we saw this whale was five days ago on the 4th. We don’t know when, but sometime during that five-day period the whale traveled 200 km to Rurutu. We also encountered separately, two yearlings, and were able to biopsy one of them. In total we collected three skin samples and two fluke identification photos.

 

This morning off the south side of the island we had an encounter of an adult with a young whale (not the same two we saw yesterday). We were able to collect biopsies from both individuals and fluke photographs of the adult. We then headed north and found a singer. We recorded 50 minutes of song (parts of which we hadn’t heard before, and other parts that sounded similar to Moorea’s song in 2011!) before collecting a fluke identification photo of this individual. We decided to circumnavigate the island, and on the southeast side of the island we encountered a mother calf pair accompanied by two escorts. It was clear that one escort was the “odd man out”, remaining at some distance from the other three whales, and once during the encounter he breached very close to our boat (out of frustration?). The primary escort was the closest to the mother and was extremely aggressive, using its large body size to come between the mother and calf several times. A few times the primary escort raised its head out of the water, bringing it back down on the calf, submerging the calf below the surface. Another time the primary escort lifted the calf completely out of the water (see photo).   The calf attempted several tail slaps towards the escort, and the mother tried to force the escort away from the calf, but none of these efforts were successful. We had to leave the group in order to go back to the marina, so we do not know how the incident ended.

 

The humpback calf lifted out of the water by the escort

The humpback calf lifted out of the water by the escort

Ce matin nous sommes tombés sur 2 baleines à la pointe sud de l’île, dont une était un des jeunes vu hier.  On a pu obtenir une biopsie des 2 individus ainsi qu’une caudale de l’adulte. Plus au nord, nous avons trouvé un chanteur et avons pu enregistrer environ 50 min de son chant (dont certaines parties n’étaient pas sans rappeler le chant entendu à Moorea en 2011). Après avoir travaillé sur cet individu nous avons décidé de continuer pour un tour de l’île. Grand bien nous en a pris car nous avons rencontré une mère et son petit accompagnés de deux escortes. L’un des mâles adultes ne semblait pas faire le poids à côté de son congénère, et ses sauts en marge du groupe n’y on rien changé. Le deuxième mâle c’est quant à lui montré très agressif vis-à-vis du petit, tentant notamment de le séparer de sa mère. On l’a aussi clairement vu essayer de submerger le petit de force. A un moment, il l’a même sortie complètement de l’eau en le soulevant avec ça tête (voir photo). Les battements de queue du petit paraissaient bien dérisoires par rapport à la puissance dégagée par l’escorte. Devant rentrer à la marina, nous ne savons pas ce qu’il est advenue du petit.

A humpback whale showing the proximity of whales to shore. The cliffs typical of Rurutu in the background.

A humpback whale showing the proximity to shore. The cliffs typical of Rurutu in the background.

under: Uncategorized
Tail fluke in the background, dorsal fin of another whale in the foreground

Tail fluke in the background, dorsal fin of another whale in the foreground

Although as usual a singer was just outside the pass this morning, the song this individual was singing was far from  “usual”. This song did not contain any of the themes we have been hearing around this island or at Raivavae. It was completely different. We decided it was important to follow this whale to collect a biopsy and fluke photo to identify the individual and to determine its genetic provenance in case those data might give us some insight into why this song was different. After a few photographs we realized we already had a biopsy and fluke identification of this whale. We had indeed encountered this whale 3 days ago on this very coast. So we left the whale to circumnavigate the island in search of new whales. We found no whales (but did observe three sea turtles) on the south shore of the island. Our true reward, however, was finding a humpback whale mother and calf pair resting off the southeast corner of the island. But yet again, a few photographs informed us that this was the same mother and calf we had encountered two days earlier, accompanied by escorts (no wonder they needed to rest!) So we left them and headed up the east coast. Then while heading back to the north shore and just outside the pass, we encountered two adult whales. One we had seen previously, but the other was a new whale. We were able to collect a biopsy and some fluke identification photos from this new individual before returning into the pass just as the sun was going down. In the foreground of this already amazing sight, a whale was continuously breaching in the air (we counted 22 before we pulled into the marina!)

Our last day of surveys at Tubuai was business as usual; again a strong singer was just outside the pass. We recorded a complete cycle of song, a nd photo graphically recognized the singer from the day before, so left it in search of other whales. Throughout the day we encountered a mother/calf pair we hadn’t previously seen, and later encountered three whales, all of which we did know.

Over the 4 days of boat surveys at Raivavae and 7 days at Tubuai, we have identified 15 new individual whales, three of which are calves. We collected skin samples from all but 3 of the adults and 1 of the calves. 

Ce matin, comme d’habitude, nous avons entendu un chanteur juste à la sortie de la passe en face de la marina. En revanche, contrairement à d’habitude, son chant était complètement différent des chants entendus jusqu’à présent, ici ou à Raivavae. Il nous paru donc important d’obtenir une biopsie ainsi qu’une photo de la queue pour identifier l’individu et déterminer ça lignée génétique, nous permettant peut être de comprendre l’origine de son chant si différent. Après quelques photos, nous nous sommes vite rendu compte que nous avions déjà collecté les données nécessaires sur cet individu. En effet, nous l’avions observé 3 jours auparavant, également sur la côte nord. Nous avons donc continué notre chemin, pour nous lancer dans un tour complet de l’île. Aucune baleine n’a été observée sur la côte sud (en revanche nous avons vu 3 tortues, nos premières à Tubuai).

 

whale breach

whale breach

Nous avons finalement été récompensés en trouvant une mère et son petit se reposant à la pointe sud-est. Mais encore une fois, après quelques photos, nous avons pu constater que nous avions déjà travaillé avec ces baleines 2 jours plus tôt. Elles étaient alors accompagnées d’escortes (mâles reproducteurs), expliquant peut être le comportement de repos dans lequel nous les avons trouvé aujourd’hui. Nous avons donc continué notre route le long de la côte est. De retour sur la côte nord, nous avons trouvé 2 baleines adultes. Une d’entre elle avait déjà été vue, mais pas la 2ème . Nous avons pu collecter biopsie et photos sur ce nouvel individu alors que le soleil commençait à descendre sur l’horizon, concluant ainsi une journée bien remplie. Tout cela sans compter une baleine aperçue en train de sauter frénétiquement au loin (nous avons compté 22 sauts) mais pour laquelle nous n’avions plus assez de temps pour travailler.

Notre dernier jour de terrain à Tubuai fut du même acabit que les jours précédents, en commençant par un chanteur juste à la sortie de la passe. Nous avons enregistré son chant et photographié sa queue. C’était une baleine vue auparavant et nous ne sommes donc pas restés avec, préférant aller chercher de nouveaux individus. Nous avons trouvé une maman et son petit, observés pour la 1ère fois, ainsi que 3 adultes que nous connaissions déjà.

Au bout de 4 jours de travail à Raivavae et 7 jours à Tubuai nous avons identifié 15 baleines différentes, incluant 3 baleineaux. Des échantillons de peau ont été collectés pour tous les individus sauf 3 adultes et un baleineau.

under: Uncategorized

We are becoming quite spoiled at this island, once again hearing a singer the first time we drop the hydrophone in the water just outside the reef pass. Yesterday (September 2) we recorded song that revealed a new part of a theme. This is now something we listen for in our recordings, and are hearing it regularly from different whales. During our first recording today we spotted a whale offshore. So we pulled up the hydrophone and headed out to find it. Once we located this whale and collected photos we noticed it was a whale we had seen 2 days ago on September 1st. We then saw another whale in the distance, caught up with it and realized it was a whale we had seen on 31August, our first day in Tubuai. This information is interesting (and exciting) as it shows that some whales are staying around this island for several days, which gives us our first insight about residency times of whales around this island.

Mother and calf humpback whale not far offshore

Mother and calf humpback whale not far offshore

Late in the day, and just when we thought our day couldn’t get any better, we encountered a group of 4 whales in the middle of the east coast. A local fisherman had tipped us off that he had seen a mother and calf pair off the southeastern part of the island a few hours earlier.  When we found the mother and calf we were pleasantly surprised to see 2 adult whales accompanying them very closely. Although this group was not very surface active (just one breach by the calf), they were at the surface for longer intervals than our previous whales of the day, and they were completely comfortable with our boat, making it easier for us to collect biopsies and photos from all indivuals.

The following day we had four separate encounters with whales. Each encounter contained one whale except the third encounter where we had two adult whales. We had previously identified all the whales.  Again this gives us more information on residency times of humpback whales around this island.

A needlefish flying, presumably to escape a predator

A needlefish flying, presumably to escape a predator

Tubuai continue de nous gâter… encore une fois ce matin nous avons pu écouter un chanteur dès notre première écoute avec l’hydrophone, juste à la sortie de la passe. Hier (2 septembre) nous avions déjà enregistré un nouveau chant révélant une variation dans le thème que nous connaissions jusqu’à présent. Il semble que cette nouveauté ait été adoptée par plusieurs individus. Lors de cette première écoute, nous avons repéré une baleine un peu plus au large. Après 5 minutes d’enregistrement nous sommes allés à sa rencontre. Une fois à proximité, nous avons pu collecter une biopsie et prendre des photos. Il s’agissait en fait d’une baleine que nous avions déjà observé il y a 2 jours. Nous avons alors aperçu une autre baleine au loin. Celle-ci avait été vue le 31 aout, lors de notre première sortie à Tubuai. Cela suggère donc que certains individus restent plusieurs jours d’affilé à Tubuai, nous donnant une première information sur le temps de résidence des baleines autour de l’île.

Plus tard au cours de la journée, et alors que nous étions déjà satisfait de notre sort, nous avons trouvé un groupe de 4 baleines le long de la côte est. Un peu plus tôt, un pêcheur nous avait indiqué avoir vu une maman-petit à la pointe sud-est de l’île. Une maman et son petit était bien présent dans notre groupe mais accompagnés de deux baleines adultes, vraisemblablement des mâles. Le groupe, peu actif mise à part un saut du petit, était en revanche très souvent en surface par rapport aux autres baleines du jour, et de toute évidence très à l’aise avec le bateau. Ceci nous a grandement facilité le travail de collecte de biopsies et photos.

Le jour suivant, nous avons rencontré 4 groupes de baleines. A chaque fois, il s’agissait d’individus seuls sauf pour un groupe de deux adultes. Toutes ces baleines avaient déjà été observées lors des jours précédents. A défaut de nouvelles biopsies et photos de queue cela continue de nous en dire plus sur le temps de résidence des baleines autours des îles Australes.

under: Uncategorized
A humpback whale underwater

A humpback whale underwater

 

Today the ocean conditions were especially poor with strong wind and large swells. However, we were still able to get out on the water for the first half of the day. On the northwest corner of the island we encountered a single adult humpback that was particularly active–slapping its pectoral flippers and its tail on the sea surface, and breaching many times into the air.  We were able to photograph its flukes to identify this individual, and we collected a biopsy for our genetic analyses.  A second whale appeared from the south, and it rendezvoused with the first whale.  Then both whales became very surface active with multiple breaches in the air.  We collected sloughed skin from the second whale, but due to the increasingly difficult sea conditions we were unable to take fluke photos or obtain a biopsy (which generally provide better DNA quality than sloughed skin samples).  Both whales continued swimming, with the second whale always in a position ahead of the first whale, “leading “ the first whale in a northward direction.  On at least four occasions the first whale placed itself between our boat and the

A breaching humpback whale

A breaching humpback whale

second whale, once even doing a forward body slap fairly close to us.  This whale’s actions reminded us of the behavior of a humpback whale male “primary escort” that accompanies a female, placing himself between the female and other male escorts, who he perceives as rival contenders.  Could this first whale today be a male that was joined by a female, the second whale, and could the escort have considered us a “rival contender”?  Later in the afternoon when we were back on shore, our photographs of the whales’ ventral sides confirmed that the first whale was, indeed, a male, and the second whale was, indeed, a female!

A breaching humpback whale

A breaching humpback whale

Aujourd’hui les conditions étaient particulièrement mauvaises avec des vents forts et de la houle. Nous avons cependant pu effectuer une sortie au cours de la matinée. A la pointe nord-ouest de l’île nous avons trouvé une baleine adulte très active, notamment en tapant ses nageoires pectorales et caudale à la surface de l’eau et en effectuant plusieurs sauts. Nous avons pu prendre une photo de sa caudale ainsi qu’une biopsie pour les analyses génétiques. Alors que nous quittions tout juste cette baleine, une deuxième est arrivée par le sud, se joignant rapidement à la première. Nous sommes donc restés sur place. S’en est suivi une nouvelle série de sauts, nous permettant de collecter de la peau morte à la surface de l’eau provenant de la 2ème baleine. Malheureusement, dans une mer toujours plus agitée, il ne nous a pas été possible de photographier sa caudale ou de collecter une biopsie (qui permet généralement d’obtenir un ADN de meilleur qualité qu’avec de la peau morte).

Les deux individus ont pris la direction du nord avec la 2ème baleine toujours placée en avant, semblant ouvrir la route à la 1ère. A quatre reprises au moins, la 1ère baleine s’est entreposée entre le bateau et le 2ème individu que nous souhaitions biopser, effectuant même un saut plat du corps assez près de nous (cf. photo). Ce comportement n’est pas sans rappeler le comportement des escortes (nom donné aux baleines males qui accompagne une femelle) qui tentent de garder les baleines challengers à distance d’une femelle. Dans ce cas là, serait-il possible que la 1ère baleine du jour soit un mâle qui ait été rejoint par une femelle, nous considérant alors comme un challenger potentiel ? Plus tard dans la journée, nous avons pu constater, grâce aux photos des ventres prisent lors des multiples sauts, que la 1ère baleine était bien un mâle et que la 2ème était bien une femelle.

under: Uncategorized
A surface active humpback

A surface active humpback

On Friday we said goodbye to our wonderful hosts and captain in Raivavae and traveled to Tubuai, the capital of the Austral Islands. Saturday was our first day on the water. We were greeted on our first hydrophone recording with a strong singer, just outside the pass. Since the recording was strong we knew the singer was nearby, so after recording an entire cycle of song we set out in search of this whale. We did find a whale, actually two! We encountered a mother and calf a bit further offshore. We were able to collect biopsies and some photographs from this pair, and then headed off with our original goal of finding this singer. Another hydrophone recording tipped us off to where the singer might be, and sure enough, during our recording he came up to the surface just several hundred meters from our boat. He was moving fast, and as we approached began surface active including a tail lob (see photo), so we decided to collect skin from the surface instead of collecting a biopsy sample. Before he took off he did a nice tail out dive, allowing us to photograph the fluke for our photo identification catalog. To top off our great first day we observed a large hammerhead shark near the surface that we were able to video underwater using a GoPro camera (see photo below).

A hammerhead shark

A hammerhead shark

Vendredi nous avons dit au revoir à nos merveilleux hôtes et excellent capitaine de Raivavae avant de prendre l’avion direction Tubuai, capitale des Iles Australes. Nous avons repris nos observations en mer le samedi et avons été accueilli par un « chanteur » dès notre première écoute à la sortie de la passe. Etant donné la qualité du chant, il était évident que la baleine mâle ne se trouvait pas loin de là et donc, après avoir enregistré un cycle entier, nous nous sommes mis à sa recherche. Mais au lieu du chanteur, c’est une baleine femelle et son très jeune baleineau que nous avons trouvé. La rencontre fut fructueuse car nous avons pu biosper les deux individus et prendre des photos. Peu après avoir quitté ces baleines et après s’être rapproché un peu de la côte, une nouvelle écoute a permis de constater que le chanteur était toujours dans le secteur. Et effectivement, après quelques minutes, celui-ci a fini par sortir à quelques centaines de mètres du bateau. Il se déplaçait rapidement et lorsque nous nous sommes approchés, il s’est montré plus actif à la surface (cf. photo), nous permettant de collecter des morceaux mortes (source d’ADN). Avec encore un peu de patience, l’opportunité nous a également été donné de prendre des photos de sa nageoire caudale qui va maintenant rejoindre notre catalogue. Enfin, pour finir cette première sortie à Tubuai en beauté, nous avons croisé la route d’un beau specimen de requin marteau que nous avons pu brièvement filmé à l’aide d’une GoPro (cf. capture d’écran).

under: Uncategorized

Older Posts »

Categories